Archive de la catégorie ‘WebTrends’

Webtrends en mode software tue le consulting

11 02 2008

ou Comment l’absence d’une fonctionalité de base profite à l’éditeur…

Webtrends est l’un des éditeur fournissant une solution de web analytics dans les 2 modes: ASP (Application Service Provider) et Software (installé en interne chez le client).
Si la majorité des sociétés aujourd’hui choisit le mode “on line”, pour certaines d’entre elles, il est plus intéressant d’acheter la licence software et de l’installer en interne (parfois pour des raisons de contrôle de données, toujours pour des raisons de coûts).
Or, tous ceux qui ont travaillé avec l’outil de web analytics de Webtrends ont pu noter une importante faiblesse dans la gestion des droits d’accès. Cette fonctionnalité est extrêmement réduite pour ne pas dire inexistante. Pour donner accès en modification, il vous faut donner les droits pour l’ensemble des rapports et profils existant sur la plateforme.

Si vous êtes en mode ASP, vous avez la possibilité de gérer un peu plus finement les accès en “jouant” avec le niveau Account inexistant en mode software mais lorsque vous avez une plateforme mutualisée (donc en mode software) sur laquelle tournent des dizaines de profils correspondant à autant de sites dispatchés à travers le monde, vous ne pouvez pas donner un accès complet sur l’ensemble des rapports à chacun des intervenants des différents marchés, surtout si ces intervenants sont des consultants de sociétés tiers.

Etonnamment, cette situation profite à l’éditeur. Loin d’être un désavantage pour Webtrends, bon nombre de clients, à qui l’éditeur répond que cette fonctionnalité ne sera pas améliorée dans les prochaines versions de l’outil, préfèrent confier la gestion des rapports et autres dashboards à Webtrends via leur consultants (Enterprise Proactive Services). Cette solution étant préférable à celle de donner un accès admin complet à plusieurs sociétés pas toujours bien contrôlées.

Il semble que parfois une qualité médiocre est plus profitable pour l’éditeur qu’une amélioration de son outil…

De l’usage d’outils web analytics en Suisse

17 01 2008

Dernièrement j’étais à la recherche, dans le cadre de mes activités, d’informations sur l’utilisation d’outils de mesure web chez certains de nos clients.
Je ne vous donnerais bien évidemment pas les noms de ces entreprises mais sachez que parmi celles-ci (j’en ai considéré 38) il y a des grands noms de l’agro-alimentaire, du luxe, de la banque bien sûr ainsi que des télécom et de la chimie. J’ajouterais à cela qu’elles sont presque également réparties entre Suisse alémanique (germanophone pour les lecteurs non familier avec la Suisse) et Suisse romande (donc francophone), bref, un panel assez représentatif du marché Suisse.

Ce qui suit n’a pas la prétention d’être une étude de marché sur la pénétration des web analytics en Suisse, c’est le résultat d’une vérification simple en visitant le site de chaque compagnie et en y détectant le code montrant l’utilisation d’outils de mesure. Cependant, le panel étant assez représentatif, je me suis dit que le résultat pouvait être intéressant à partager.

Voici donc:

La répartition par secteur d’activité est comme suit:

Répartition par secteur d'activité


Répartition par secteur d’activitéParmi ces compagnies, 20 sont en Suisse Romande et 18 en Suisse Alémanique. La répartition des secteurs d’activité par région linguistique est assez représentative du marché sauf peut-être pour le secteur bancaire (ceci s’explique par le fait que Genève est aussi une place bancaire en Suisse et que nous ne sommes pas encore très fortement implanté sur Zürich):

Répartition des Secteurs par Région linguistique


Répartition des Secteurs par Région linguistique

Qui utilise des solutions de Web Analytics ?

Une première constatation, 40% des sociétés considérées n’ont pas de solution de Web Analytics visible dans le code de leur site.
Ce chiffre tent à confirmer l’idée que les Web Analytics ne sont pas encore très développés en Europe et particulièrement en Suisse.

Répartition des outils WA par secteur


Répartition des outils WA par secteur d’activitéLe détail par secteur montre que 44% des compagnies du secteur bancaire n’ont pas d’outil visible sur leur site, le pourcentage étant de 37% dans le secteur Chemical – Pharmaceutical. Le secteur de l’industrie montre une tendance inverse puisque seulement 25% des compagnies considérées n’ont pas de solution WA en place sur leur site. Les grands utilisateurs de web analytics sont, sans grande surprise, les Telecom, 100% ont une solution en place alors que pour la catégorie Autres, seulement 33% ont mis en place des solutions de tracking ce qui, une fois de plus, est en phase avec la situation du marché européen en terme de pénétration des web analytics.

Quelles solutions de Web Analytics sont implémentées ?

Outils Web Analytics


Solutions Web AnalyticsSans grande surprise nous trouvons les grands noms des Web Analytics comme Google Analytics et WebTrends, tous deux à 18% et HBX (Visual Sciences) pour 8% mais aussi des acteurs plus locaux comme Xiti (éditeur français très implanté dans l’hexagone) qui représente quand même 13%.
Le grand absent est Omniture. Est-ce représentatif? difficile à dire aujourd’hui, j’essaierai de m’informer là-dessus auprès de l’éditeur pour en savoir plus sur leur position dans le marché Suisse.

En conclusion, cette étude réalisée sur un panel restreint mais représentatif semble confirmer quelques idées reçues sur le marché européen.
Près de la moitié (40%) n’ont pas de solutions de web analytics visible, les Telecom sont les plus grands utilisateurs alors que le domaine bancaire reste en retard, sans doute dû à la nature de la majorité des banques suisses (banque de gestion de fortune), seules les banques dites de détail ont un réel besoin.

On note la position dominante des acteurs majeurs GA, WebTrends sans réelle dominance de Google Analytics pourtant la seule solution gratuite.
A noter également la présence marquée de XiTi, chacun des trois —GA, WT et XiTi— ayant des parts de marché similaires.
HBX (Visual Sciences) semble être très en retard sur notre marché avec seulement 8%, cette faible présence s’expliquant peut-être par son rachat par VS l’année dernière.

Enfin les secteurs de la Banque et de l’Industrie sont ceux où la répartition des outils est la plus grande, les secteurs de la Chimie-Pharmacie et des Télécom étant, quant à eux, dominés respectivement par Google Analytics et WebTrends.

Reste à savoir maintenant si les sociétés qui ont implémenté des solutions de web analytics vont au-delà du simple reporting et si oui, quelle est la part accordée à l’analyse des données et si une réelle stratégie est mise en place…

About The Big Integration

13 12 2007

Ce billet est une réaction au commentaire de Jacques Warren sur le billet Datamining et Web Analytics paru sur ce blog il y a quelques jours.

J’avais commencé à répondre au commentaire de Jacques mais lorsque je me suis rendu compte de la longueur de mon commentaire, je me suis décidé à en faire un billet (je laisserai ainsi le record de longueur de billet toutes catégories confondues à Eric T. Peterson… :-)).

Voici donc

Jacques, nous sommes effectivement relativement sur la même longueur d’onde et j’aimerais partager votre enthousiasme vis à vis de l’évolution de cette intégration, cependant…

2 ans!

N’est-ce pas un peu optimiste?

Si l’on regarde du coté des éditeurs de solutions:
A en juger par le discours de WebTrends sur son nouvel outil Visitor Intelligence pour lequel ils affirment que l’objectif n’est pas une intégration poussée avec le reste des données de l’entreprise arguant du fait que le web permet une mesure d’une précision incompatible avec le caractère statistique d’autres mesures CRM et/ou plus globalement de BI.
Ajoutez à cela l’étrange comportement des gens de Microsoft: aujourd’hui encore, je n’ai pas trouvé un interlocuteur pouvant me donner des informations valables sur une quelconque synergie ou intégration entre leur projet Gatineau et leur nouvelle offre BI:
N’ayant (toujours) pas eu de réponse de la part de Ian Thomas, j’ai posé la question il y a 2 semaines à M. Andy Kamlet, Director, Technical Product Management Office Business Applications PMG venu présenter très officiellement l’offre MS BI en Suisse romande, il a été bien incapable de m’éclairer sur la stratégie de MS en la matière ne connaissant même pas l’existance du projet Gatineau…

Coté analystes:
J’ai le sentiment, en lisant les différents blogs des principaux “gurus” (Jim Sternes, Avinash Kaushik,…) que le mot d’ordre aujourd’hui est d’avantage de préserver son jardin (son aura?) en freinant toute velléité d’intégration prétextant le caractère nouveau et le manque de maturité des Web Analytics qu’une réelle tendance à vouloir tirer profit du meilleur des deux mondes.
Sentiment qui n’a jamais était vraiment démenti (voire renforcé) par les différents webcasts proposés par le WAA auquels j’ai pu participer.

Alors, certes le monde évolue très vite aujourd’hui et c’est encore plus vrai dans un domaine touchant les technologies internet, mais je reste dubitatif sur la capacité et la volonté des acteurs actuels à aller réellement vers cette intégration.

Tous les commentaires sont les bienvenus, surtout si vous êtes en désaccord avec moi.

Paris en novembre (2)

14 11 2007

La semaine dernière donc, j’ai pu (enfin) découvrir la nouvelle offre Webtrends.
Je l’ai déjà écrit: je pense, à l’instar d’autres personnes, que l’avenir des Web Analytics passe par “The Big Integration” (Id est: l’intégration des web analytics dans les systèmes d’entreprise et notamment les sytèmes BI). Je m’étais fait une idée préconçue des capacités de Visitor Intelligence en imaginant déjà une totale osmose entre le nouveau module Webtrends et des outils de profiling et autre Customer Experience Solutions (Push d’offres,etc…).
Imaginez, Visitor Intelligence (VI) couplé à une solution Chordiant Marketing et/ou Chordiant Retail Channel où l’alimentation “real-time” de la base de données VI viendrait enrichir le moteur Chordiant pour pousser le contenu ad-hoc de votre dernière campagne exactement ciblé sur vos visiteurs.
Imaginez un visiteur identifié proche du churn volontaire. Il visite votre site web, parcourt la section dédiée au dernier modèle de téléphone mobile de son constructeur favori. Visitor Intelligence vous informe en temps réel du comportement de votre visiteur/client. En enrichissant votre système avec les données VI en temps réel, vous êtes capable, avant la fin de la visite de votre client, de lui pousser votre meilleure offre comprenant le modèle de téléphone qu’il vient de regarder…
N’est-ce pas ce à quoi tout les marketers aspirent?
J’aurais aimé vous dire que WebTrends l’a fait. Mais ce n’est pas tout à fait la réalité.
Certes l’évolution est majeure, les données récoltées sur le site web sont orientées visiteur et stockées dans une base de données relationnelle interrogeable à loisir…
Effectivement VI va satisfaire pas mal de spécialistes BI qui jusqu’à maintenant regardaient les WA comme un silo inaccessible.
D’accord pour dire que WebTrends revient dans la course avec cette nouvelle version de Marketing Lab, mais malgré tout, il reste comme un sentiment de faim après la présentation, comme si j’étais allé déguster un excellent repas qui se serait terminé après l’entrée… Prometteur, mais en deçà de mes attentes…

Heureusement, il y aura toujours Paris…

   Paris en novembre…

Omniture et WebTrends

7 11 2007

Eric T. Peterson ne s’était pas encore exprimé sur les derniers évènements concernant Omniture et surtout WebTrends.
Voilà qui est fait. Je vous conseille son billet (en anglais) sur le sujet.
C’est toujours intéressant de lire l’avis d’une personne qui connait bien la situation pour être un des acteurs majeurs du domaine et pour avoir travailler avec et/ou contre chacun des protagonistes.
Les commentaires sont égalements très instructifs (même si le tout avoisine le record mondial de longueur de billet pour un blog ;-) )